Eclairage de casque ABYSSNAUT Monté sur une cagoule

Comme d'habitude je regarde ce qui se passe avant de me lancer.

En l'occurrence, je lis et je regarde les photos des plongeurs spéléo avant d'aller donner mes premiers coups de palmes en souterrain.

Ils ont tous un casque, enfin presque. Du coup, je regarde ce qu'il y a sur le marché. Je suis attiré par la solution innovante d'ABYSSNAUT qui propose le casque Egalis. Ce casque est équipé d'un boîtier à piles à l'arrière qui alimente deux phares à LED montés sur des rotules qui leur permettent d'être orientés totalement indépendamment l'un de l'autre. La mise en marche se fait sur le boitier pile par un bouton poussoir compensé.

C'est un casque amphibie qui ne démérite pas en spéléo sèche en protégeant à de multiples reprises ma pauvre tête du plafond trop bas du boyau d'accès à Alviela.

La LED permet une autonomie conséquente et finalement, je ne change de pile qu'entre chaque expédition. Les piles restent donc parfois plusieurs jours de suite à alimenter de longues heures durant les deux phares sans que cela devienne gênant en termes de baisse de l'intensité lumineuse. 

Sous l'eau, le casque est allumé lorsque les phares vidéos ne sont pas en action.

Le bouton est très facile à utiliser. Il dépasse largement du boitier, même avec des gants étanches, il se manipule facilement. Compensé, il est toujours très facile à allumer ou à éteindre, quelle que soit la profondeur. Il n'y a pas à réfléchir sur le sens de rotation. Il n'y a pas de risque de dévisser accidentellement quoique ce soit. C'est un système idéal pour sa facilité de mise en œuvre.

En fonction de la façon de m'habiller, je ressentais parfois une gène à étendre la tête en arrière. Lorsque je suis passé au double recycleur, les 4 tuyaux en arrière ne m'ont plus permis d'utiliser le casque.

Pour garder cet éclairage mais diminuer l'encombrement du casque, il fallait changer de marque. Mais aucun casque n'a trouvé grâce à mes yeux. Tous présentent l'inconvénient de déporter le boitier pile vers l'arrière de telle sorte qu'il ne m'est pas possible de regarder confortablement devant moi en plongée.

J'ai donc pris une cagoule néoprène sur laquelle j'ai fixé le support de lampe à l'avant et le boitier pile à l'arrière. Monté à la hauteur que je souhaite, le boitier pile ne me gène plus du tout à l'arrière. Le support de lampe quant à lui est suffisamment large et rigide pour rester en place à l'avant.

C'est ainsi que le nouveau "casque/cagoule" a repris du service. Pas besoin de casque en plongée. Même si je me fais mal, je ne risque pas la fracture du crâne en scooter même à toute vitesse. La cagoule est suffisamment large pour être enfilée par dessus la cagoule attenante à mon vêtement étanche. Les petits écrous de serrage ne sont pas gênant car ils sont noyés dans le néoprène de la cagoule de mon vêtement.

La possibilité de pouvoir orienter les deux phares est très utile. En phase de progression, surtout si la visibilité est moyenne, pouvoir percer la touille est fort intéressant. Les deux phares sont dirigés loin devant et les deux faisceaux s'additionnent l'un l'autre. En phase de travail, les phares sont réorientés vers le bas pour éclairer les mains qui travaillent sur le fil ou autre. Grâce aux rotules, les phares sont toujours orientés vers la zone de travail. C'est un vrais grand confort.